Mon accouchement, mon histoire…

 

IMG_5798 (2).JPG

 

Depuis quelques jours j’ai cette envie d’écrire, de parler. Je ne suis pas de celles qui parlent beaucoup de ce qu’elles ressentent. Je suis assez discrète et pudique sur mes émotions. Mais j’ai vraiment cette envie d’écrire et de parler depuis quelque temps. Allez savoir pourquoi. Pour m’aider à panser mes blessures surement. Mais également pour aider des mamans, et donner quelques conseils pour les futures mamans par la même occasion.

Pour celles qui me suivent sur instagram, vous savez certainement que j’ai eu un très belle grossesse, avec très peu de maux, seulement quelques nausées en début de grossesse, de grosses douleurs à la poitrine qui ont vite disparues, des aigreurs d’estomac, mal de dos, mais rien de bien méchant. Notre petite poupée s’est parfaitement développée pour notre plus grand bonheur.

J’adorais mes visites chez mon gynéco, c’était un plaisir de l’a voir évoluer, d’écouter les battements de son petit cœur. Ainsi que les rendez vous chez ma sage femme et les cours de pilates. Étonnement, moi qui était très anxieuse sur le déroulement de l’accouchement avant que je sois enceinte, une fois enceinte mes peurs ce sont envolées. J’étais très zen, je n’avais pas peur, plus peur, bizarrement.

Nous étions à fond dans les préparatifs de sa venue, les meubles de sa chambre, la décoration, ses petits vêtements… J’ai adoré être enceinte. Vers la fin de la grossesse, c’était un peu long je l’avoue. J’avais du mal à dormir, quelques insomnies par ci par là, je me suis peu reposée et je le regrette d’ailleurs. Je n’arrêtais pas, j’avais toujours quelque chose pour m’occuper.

IMG_6439.JPG

Puis la fin de grossesse arriva.. Elle arriva tellement vite! Je n’ai rien vu passer. Les toutes dernières semaines de fusion avec ma fille… J’étais partagée entre excitation et impatience de l’a découvrir et « tristesse » de ne plus être enceinte et de ne plus la sentir au creux de moi.

Mon col étais déjà dilaté à trois centimètres ! J’étais hyper surprise. Je m’en souviendrais toujours lorsque mon gynéco m’a ausculté! « Tout va bien, col encore fermé.. ah non non non! Vous êtes dilaté à trois centimètres! » La peur à envahit Charly (mon chéri) « Non??? Déjà! Mais elle n’a pas été encore à son rendez vous chez l’anesthésiste! » Ne vous en faites pas, elle aura la péridurale même si elle n’a pas été à son rendez vous » ahah Charly qui se préoccupait de mon bien être. Moi je me suis dit :  « Elle sera surement là avant finalement ». Je n’avais pas pensé à mon rendez vous chez l’anesthésiste. Le gynéco m’a dit de bien me reposer et qu’il fallait que je fasse attention, car désormais notre minette pouvais pointer le bout de son nez à tout moment. Il nous a même dit « Vous avez bien fait de tout préparer en avance ».

Puis le « pire » arriva. À 37 SA j’ai commencé à remarquer la présence de petits boutons sur mes avants bras. Rien de grave, mais je me grattais de plus en plus. Ça commençais à s’étendre sur les bras entièrement. J’ai été consulté mon médecin qui m’a prescrit une crème qui était compatible avec ma grossesse, sans grande action. Puis je parlais avec des copines d’instagram donc une en particulier qui se reconnaîtra ♡. Je lui parlais de mes symptômes et elle m’a conseillée d’aller aux urgences de ma maternité pour me faire examiner car elle était elle même hospitalisée pour un cholestase gravidique.

Le cholestase gravidique est une maladie du foie qui surviens parfois lors de la grossesse, le plus souvent au troisième trimestre. On parle de cholestase lorsque les hépatocytes (cellules du foie) ne font plus bien leur travail et laissent passer les acides biliaires dans le sang au lieu de les évacuer dans la bile. Les acides biliaires vont alors s’accumuler dans le sang, avec pour risque d’atteindre le fœtus via le placenta. Et cela se manifeste sous forme de plusieurs symptômes dont des démangeaisons de plus en plus fortes au fil des jours.

Je ne suis pas du genre à aller aux urgences facilement, je ne suis pas fan du milieu médical, et si je peux y aller le moins possible, cela m’arrange. Mais lorsqu’on m’a dit que ça pouvais être très dangereux pour mon bébé, je n’ai pas réfléchi et j’ai directement contacté les urgences. Une sage femme m’a dit de venir pour être examiné immédiatement. L’examen s’est très bien déroulé. J’ai eu une prise de sang, plusieurs contrôles, monitoring etc. Je suis rentrée chez moi par la suite en attendant mes résultats de ma prise de sang. Rien n’était alarmant aux vues de mes résultats, OUF ! Mais cela ne me donnais pas de réponse à mes démangeaisons..

Puis la situation était en pire en pire, quelques jours plus tard les boutons s’étendais un peu partout sur mon corps. Surtout au niveau de mes cuisses, de mes jambes et de mes bras. J’étais à bout, je dormais plus la nuit, je me grattais sans cesse. Je suis retourné me faire examiner et je suis resté à la clinique pour être suivie sur plusieurs jours, les sages femmes préférant que je sois sous surveillance. J’ai eu quelques traitements d’appoint mais rien n’y faisait. Une prise de sang spéciale à été faite pour vérifier mes taux au niveau du foie. Les résultats étaient assez longs à recevoir (environs deux ou trois jours de délais). J’étais sous monitoring matin et soir, tous les jours, et notre fille allait très bien, c’était le principal. Mais moi je ne tenais plus, j’était très fatiguée, cela faisait deux semaines que je dormais plus, que j’avais la peau à vif, ( je vous épargne les photos… ). Les gynécologues de garde n’en revenaient pas. J’étais dans un sale état et de me voir comme ça me rendais vraiment mal. Si c’était un cholestase, la seule solution était de déclencher mon accouchement et que bébé naisse pour mettre un terme à ses boutons et ses démangeaisons.

34984390_10156614986076052_5292830697285746688_n.jpg

Puis nous avons reçu les résultats et ils étaient bons. J’étais d’un côté contente et soulagée pour mon bébé. Mais ça ne nous aidais toujours pas à comprendre d’où venais ses plaques de boutons. Les médecins pensais tout de même à des maux de fin de grossesse dû aux hormones. J’ai été admise à la clinique le lundi, puis la décision du déclenchement à été prise malgré tout, le vendredi. Mya était en pleine forme, avec un bon poids et et avais dépassé le stade de prématurité. Toutes les conditions était réunies. Et puis pour moi il était hors de question d’accoucher en avance pour mettre la vie en danger et le bon développement de notre bébé pour mon « confort ». Lorsqu’ils m’ont annoncé le déclenchement, j’était soulagée et apeurée de me dire que ma toute petite allais être bientôt dans nos bras.

J’ai eu un décollement des membranes vers 14H. Sans qu’on me le dise. C’est une douleur inexplicable. Très inconfortable, Charly m’a tenu la main en me demandant si ça allais. J’ai pris beaucoup sur moi, mais c’était vraiment douloureux. J’ai bien remarqué que ce n’était pas examen du col comme j’avais l’habitude d’en avoir. J’ai eu très mal dans le bas du ventre et de ce fait j’ai commencé à avoir des contractions. Il était 16H lorsque que le déclenchement à été mis en route. Ma sage femme étais adorable. Mes contractions étaient légères, pas très douloureuses et j’avais envie de sortir car je n’avais pas été dehors depuis 5 jours. Marcher aux alentours de la clinique m’a fait le plus grand bien.

Puis la dilatation de mon col fonctionnait plutôt bien, je gérais mes contractions, à mon grand étonnement. Je n’avais pas plus mal que ça. Puis j’ai eu une nouvelle sage femme, avec le renouvellement d’équipe, c’était l’équipe de nuit, qui était tout aussi adorable. Elle était épatée, elle trouvais que je gérais parfaitement la situation, que j’étais vraiment très bien préparée à vivre cet événement malgré que ce soit un déclenchement. J’étais dilaté à 5 cm et je ne voulais toujours pas la péridurale. J’allais très bien, je faisais du ballon, j’écahngeais beaucoup avec ma sage femme et Charly, c’était super chouette. J’ai pris une bonne douche bien chaude avec mon ballon, pour aider le travail et à percer la poche des eaux. Pendant ce temps là, Charly à ouvert sa boîte à papa que je lui avais confectionné, pleins de petits cadeaux l’attendais à l’intérieur, un diplôme du permis pousette, des bons à utiliser,  des sous pour la cafétéria, de la nourriture pour tenir le coup. Il été trop content.

Lors d’un énième examen ma poche s’est rompu. Vers 2h30 du matin. J’étais dilaté à 6 cm. La sage femme me dit : « Par contre votre travail va s’accélérer, vous voulez toujours pas de péri? ». Je voulais attendre un maximum pour pouvoir bouger et aider à la dilatation. Puis j’ai accepté la péridurale. J’avais pas forcément mal mais j’avais peur de la douleur lors de l’expulsion du bébé, et de l’épisio si il y avais besoin. La péri à été posée à 3h15 sans la moindre douleurs. J’étais soulagée d’avoir passé ce moment de « pose de péri » sans avoir eu mal malgré les contractions à gérer pendant la pose. Puis je me suis reposée, et même endormi, enfin. Moi qui ne dormais plus depuis des jours, ça m’a fait beaucoup de bien ce si peu de répit. J’étais contente que tout ce passe si bien, avec une sage femme super qui me disait : « Je pense que votre bébé va arriver vers 5H du matin vu l’évolution de votre col ». « Vous allez nous faire un superbe accouchement ». Une puéricultrice à commencé à préparer ses petites affaires, à les mettre en dessous un chauffage pour que notre puce est bien chaud une fois née. Elle avais même préparé son petit bracelet de naissance en nous demandant son petit prénom. Mon cœur de future maman se serrait en parlant de notre fille, en se disant qu’elle allait bientôt arriver, être auprès de nous, dans nos bras.

35078294_10156614986391052_8246160367336554496_n.jpg

 

Il était 5H du matin et Mya n’étais toujours pas là. Mon col? Dilaté à 7cm mais pas grandes évolutions. C’était une deuxième équipe qui s’occupait de nous. Ma nouvelle sage femme qui étais également très gentille m’a expliqué que sa petite tête étais mal positionnée. Qu’elle essayais en vain de passer dans mon col mais qu’elle avais du mal par rapport à la position qu’elle avais prise.  Du coup on m’a mise dans plusieurs positions, qui d’ailleurs m’ont fait perdre toute pudeur ce jour là ! Seulement ce jour là je vous rassure. Après avoir vu plusieurs équipes en presque une journée en salle de travail, plus les journées à la clinique, c’était devenue « presque » la routine. En vain, les positions n’y changeaient rien. Ce n’était franchement pas agréable, mais si ça pouvais aider bébé à descendre plus facilement, il fallait le faire. Puis les heures passaient et je commençais de plus en plus à penser à la césarienne. Non pas que je voulais une césarienne, non, je l’a redoutais cette césarienne. Mais à voir comment tout cela se déroulait, ça ne s’annonçait pas comme je l’imaginais. Mya forçait beaucoup, je le sentais car j’avais une péridurale qui n’étais pas énormément dosée. Je sentais qu’elle se tournais beaucoup. Et son petit cœur s’affaiblissait. Une sage femme viens me voir avec une gynécologue de garde ce jour là. Elle me fait une échographie pour avoir une décision rapide. La sage femme reviens et me dit : « Bon madame nous pensons à la césarienne, le cœur de votre bébé faiblit, « quelque chose l’empêche de sortir ». Elles avaient laissé passer une heure, le temps de voir si la situation s’arrangerais. L’heure qui est passée la plus vite de ma vie. Je priais intérieurement.

Puis un anesthésiste arrive pour m’expliquer le déroulement de la césarienne, l’anesthésie etc. J’ai cru jusqu’au bout à mon si bel accouchement par voie basse. Il part, et les larmes coules toutes seules. J’ai compris que je partais pour une césarienne.  Je suis très pudique, et je n’aime pas pleurer devant quelqu’un. J’avais peur de passer pour une chochotte, une pleureuse. Ce que je ne suis pas. En écrivant ses mots, les larmes coules toujours autant. Charly me rassure, me dit que tout va bien se dérouler. Que ce n’était pas grave, que j’avais été courageuse tout le long, durant ses dernières semaines. Mais ce n’étais pas des larmes de peur qui coulaient. C’était des larmes de déception. Tellement déçue de ne pas avoir un bel accouchement par voie basse, d’être privée de ce moment de rencontre avec notre fille, ce si beau moment de peau à peau je ne n’aurais pas. Je savais qu’avec une césarienne, le moment de rencontre est écourté, très écourté…

12h45 arrive et je pars pour une césarienne d’urgence. Je me suis ressaisit en me disant que Mya ne souffrirais plus et qu’elle sera hors de danger. J’allais enfin accoucher. J’étais comme vidée. J’avais aucune appréhension, ma péridurale était déjà installée depuis des heures désormais. Un peu angoissée sur le déroulement lorsque je suis arrivée en salle d’opération. Il faisait froid, j’étais nue, les bras attachée. C’était quand même très étrange. Charly arrive avec sa blouse, à peine arrivé qu’ils avaient déjà commencé la césarienne. On me préviens « Ce n’est pas très agréable comme sensation ». Bon ok, du moment que je souffre pas ça me dérange pas. Je ressent une vive douleur qui soit disant « donne l’impression comme un crayon qui touche ma peau ». Je vais rectifier. C’était comme si on me brûlait, ça me brûlait, je sentais les moindres coup de scalpel (je suppose que c’était ça pour « ouvrir »). J’ai tout ressenti lorsqu’on m’a tiré la peau du bas du ventre, je sentais tout. J’étais ailleurs, j’étais mal mais j’osais rien dire. Je me suis dit, « ça doit être ça une césarienne ». Rien que dans mes yeux, Charly à vu ma détresse, ma douleur. Il l’a fait savoir, leur à dit « Ma femme ne va pas bien, elle a mal, elle n’est pas douillette, je l’a connais ». Ce que la gynéco à répondu « Un accouchement ça fait mal, elle aura mal ». Mais bien sûr! L’anesthésiste me donne un masque et me remet du produit anesthésiant, mais c’était trop tard. La sage femme qui prenait en charge Mya par la suite ma caressé la tête en me disant « courage ». Il m’en fallait pour vivre un tel moment. Je ne saurais vous expliquer la sensation que ça fait. On m’a ouvert le bas du ventre à vif point. Mya à poussé son premier cri à 13h09 le 25 novembre 2017. Les larmes coulaient. Je l’ai embrassée, elle et son petit vernix qui recouvrait son corps. La première réaction de son papa était : « Oh qu’elle est belle ». À la première seconde qu’il l’a vu, il est devenu un papa gaga. Amoureux de sa fille. Puis ils sont partis et pour moi ce n’était pas encore terminé. Il fallait nettoyer, recoudre tout ça. Je sentais les agrafes qui perçaient ma peau. En plus d’appuyer sur mon ventre vide. Encore que de douleurs à vivre. Je pleurais intérieurement. Mon cœur pleurais. Je pensais à ma fille, à Charly et moi j’étais seule sur cette table, dans cette salle si froide. J’ai appris par la suite que Mya n’aurais jamais pu descendre d’elle même. Son cordon ombilical s’était entouré deux fois autours de son cou. Voilà pourquoi elle ne descendais pas. J’ai eu tellement mal en entendant ça…

35053838_10156614956621052_6727091882838458368_n.jpg

Mya dans les bras de ma maman, quelques heures de vie seulement.

 

J’ai pu rejoindre un instant Charly et Mya qui étaient en peau à peau, et moi sur mon brancard, mais j’avoue ne pas avoir réagit. Toutes les personnes qui m’entouraient me disaient sans cesse : « Félicitations madame, votre petite est magnifique ». J’étais comme assommée par ce que je venais de vivre. Je me disais : « c’est pas possible, j’ai pas pu vivre ça, c’est un cauchemar ». Une sage femme me donne une photo de Charly et de notre fille pour patienter en salle d’observation.

Je suis seule, terriblement seule. Je peux déjà me lever mais j’attend sur ce brancard. Encore des félicitations à tout va… Je suis toujours aussi mal. J’envois des textos à ma famille et mes amis pour leur annoncer la nouvelle. Ils suivaient mes péripéties depuis plusieurs jours déjà. J’ai la chance d’avoir eu la tétée d’accueil, petit moment privilégié en salle de réveil et premier « mini » contact avec ma fille. Puis elle est repartit très rapidement. On me remonte dans ma chambre au bout de 2H. Mya reviens avec son papa. Moi complètement HS de ce qui s’était passé. Je prend enfin ma fille dans mes bras. Mon moment de réconfort. Par la suite une sage femme viens me voir pour venir aux nouvelles et me donner de quoi manger, ce que je n’avais pas du tout envie de faire. Je lui fait remarqué j’ai tout ressentit pendant la césarienne. Ce qui doit être tabou car aucuns mots pour me réconforter sont sortis de sa bouche. J’était et je suis encore choquée de ce comportement.

J’avais qu’une envie c’était de me lever. La sage femme me dit que c’est possible mais qu’elle pense que je vais vite changer d’avis. Moi je voulais absolument me lever pour pouvoir bien m’occuper au mieux de ma petite Mya, pour sa première nuit de vie. Elle m’a donné des conseils et je me suis levé. Alors oui ça tire, oui c’est pas agréable, et cette sensation de brûlure n’est pas cool. Mais au moins je l’ai fait, j’étais contente. J’ai pu faire une petite toilette, prendre ma fille debout. Si j’ai bien un conseil à donner aux mamans qui savent qu’elle vont subir une césarienne, car c’est le terme pour moi, c’est de se lever le plus rapidement possible. Je sais que c’est difficile, ça fait mal. Mais plus tôt vous vous levez et plus tôt vous serez remises sur pieds. Moi j’ai pu le faire je ne sais pourquoi, je sais que pour certaines c’est encore plus dur…

 

23905179_10156057050481052_5783827962834797843_n

Papa heureux et sa fille qui n’avais qu’un jour seulement. Vous remarquerez la tête « en pain de sucre » de Mya dû à l’accouchement.

 

Charly était à bout également, par ce qui venait de se dérouler. Il voulais rester pour m’aider pendant cette première nuit mais je lui ai dit que je préférais qu’il rentre pour se reposer et faire une bonne nuit de sommeil, chose qu’il avais pas fait depuis le déclenchement. Il a été là tout le temps, auprès de moi. À prendre des jours sur son travail pour rester avec moi à la clinique pendant mon hospitalisation. Et après, lors de la naissance de Mya il a été extraordinaire. Il lui à donné son premier bain, il s’en occupait la journée, il l’habillait, lui donnait ses biberons, effectuait ses soins, pour que je puisse me reposer au maximum, ce qui est bien difficile au début. Il rentrait de la clinique et faisait les lessives, le ménage, nettoyage de la cage des lapins, les nourrissaient. Il allait même chercher mes colis. Il prenait soins de moi, de nous. Merci pour tout mon amour !

 

Cette première nuit est assez difficile, Mya pleure beaucoup. Et moi je vis très mal les heures qui suivent l’accouchement. Je revoyais toujours cette scène du bloc opératoire. Mais je me suis dit « elle a besoin de moi, il faut que je fasse mon maximum pour elle ». En effet elle ne veux être qu’avec moi. Téter et être dans mes bras. Elle ne pleure plus quand elle est auprès de moi. Malgré tout ce qu’elle à endurée pendant les longues heures de travail, l’accouchement qu’il l’a délogée de son petit cocon, elle veux être avec moi, sa maman. Cette nuit nous faisons connaissance. La nuit du 26 novembre 2017.

 

35076610_10156614999141052_7745260154332905472_n.jpg

La lendemain,  Mya dort paisiblement mais semble très fatiguée par cet accouchement. Puis la première visite du pédiatre. Petit bébé en pleine forme, tout va bien. Elle tète super bien et l’allaitement se déroule bien. Pas de montées de lait, j’attendais impatiemment. Le lendemain, je suis une bonne partie de la journée debout, car je voulais profiter des personnes qui viennent nous voir. Mais cela m’a épuisée, plus cicatrice de la césarienne qui avait seulement un jour, ça tirais pas mal. Mais franchement, je pensais à pire niveau douleur.

 

Les suites ne ce sont pas bien déroulées.. Pour changer. Mya à contracté une bactérie lors de l’accouchement. Coup de massue encore pour nous. Mya à subit une grosse perte de poids, une très grande fatigue et un taux d’infection très très haut. Direction la néonatalogie, deux jours après sa naissance. Je passe les détails car l’article serait beaucoup trop long. Notre petite perfusée dans la tête.. Une image qui restera pour toujours en moi tant les larmes ont coulées en l’a voyant ainsi. Un très mauvais passage pour nous et Mya qui a duré 7 jours. Ce qui me faisais 14 jours à clinique, je saturais. J’ai oublié de vous dire que mes plaques de boutons ce sont empirées. Et oui, car en plus de tout ça, mon problème de démangeaisons s’est accentué. J’étais au plus bas dans mon estime. Physiquement, je ne me regardais plus, cela m’étais insupportable. L’après accouchement on se sent pas forcément bien dans son corps, le ventre mou et vide, j’avais en plus cette tonne de rougeurs sur le corps qui me brûlait et me faisait encore plus souffrir. Un dermatologue est passé me voir ce jour là. J’avais un pityriasis rosé de Gibert, (je vous laisse regarder ce qu’est cette maladie de peau sur le net) un PRG « du feu de dieu » je reprend les termes du dermato. Il n’avais jamais vu un tel cas. J’en avais partout sauf sur le visage. Encore heureux. La solution? Rien à faire, juste une huile de douche, une crème pour peau atopique, voilà. Ça pouvais partir la semaine d’après comme trois mois plus tard… Charly me badigeonnais de crème matin et soir. Je suis allé voir un magnétiseur, j’étais au bout du rouleau et même si ça fonctionnais pas, j’avais rien à perdre. Je fais partie de celle qui croit dans ces choses là. Croyez moi ou pas, deux jours plus tard mes plaques, mes boutons séchaient. J’avais très mal mais quelle joie de voir mes boutons s’en aller. Les mois suivants, j’ai été très malade. J’étais tellement faible, moi qui n’est habituellement rarement malade, j’ai tout attrapé ce qui passait. Le sort s’est acharné, j’ai eu un engorgement, une infection urinaire, gastro/grippe et pour terminer, la cerise sur le gâteau, la cicatrice de ma césarienne qui s’est infectée suite à une infection aux agrafes. Je ne mangeais plus, j’étais fiévreuse pendant des semaines, j’ai perdu 16 kilos en un mois. J’ai également comme beaucoup de femmes, eu une perte de cheveux énorme aux trois mois de Mya. J’en pleurais. Je perdais mes cheveux par poignée. Ce phénomène est dû à la chute d’hormones. Et bien qu’elle horreur de voir tomber ses cheveux à foison. Deux traitements m’ont sauvé. Ils sont ici et ici.

35026546_10156615223861052_3749724092580757504_n

La toute premiere chambre de Mya, en centre de néonatalogie avant d’aller en chambre kangourou avec maman.

 

Je suis désolé pour ce roman mais ça me fait tellement bien d’écrire, de mettre des mots à mes maux, de raconter mon histoire, de faire déculpabiliser certaines mamans, que non l’accouchement c’est pas forcément merveilleux, que tout ne ce passe pas forcément bien. Qu’il faut qu’on arrête de se mettre une pression monstre, que même si l’accouchement se fait par césarienne, nous ne sommes par forcément « nulles ». (C’est ce que je me suis dite tellement j’étais déçue). Que l’après accouchement est dur pour certaines mamans et pour d’autres moins. Qu’une césarienne à la base, pendant l’acte, ne fait pas du tout mal, c’est ce que l’on m’a dit par la suite. Qu’il faut autant de courage de subir un césarienne que d’accoucher par voie basse. Ce sont des accouchements différents avec les bons et mauvais cotés de chacun.

 

Par la suite j’ai réalisé que je ne mettais pas du tout préparé à l’éventualité d’accoucher par césarienne. Et je trouve ça bien dommage aujourd’hui. Pourquoi mon gynécologue, mes sages femmes ne m’avaient, nous avaient pas préparé à ça? Si j’ai bien un autre conseil à donner c’est celui ci : Se préparer à TOUT. Toute éventualités. Néonat pour votre bébé, césa, complications pré et post accouchement. Bien sûr on n’a pas envie de penser au pire, moi la première lorsque la puéricultrice m’a prise Mya pour lui faire une prise de sang, je me suis dit  » Mya n’a rien, elle va bien ». Et bien non elle n’allait pas bien et il fallait l’admettre. C’est dur, mais de se préparer à tout ça et ne pas idéaliser son accouchement, cela évite une grande souffrance. Je l’écrit car moi même j’ai idéalisé, jamais je n’aurais pensé subir une césarienne et je suis tombé de haut. Alors j’aimerais en écrivant ses mots, aider beaucoup de mamans, futures mamans en prévenant que parfois tout n’est pas rose. J’aurais aimé que des professionnels aborde ce sujet douloureux.

 

« Ne t’inquiète pas, tu oublieras tous ses mauvais moments, la douleur, avec le temps ça passera ». Je ne suis pas d’accord. Combien de personne m’ont dit ça. Et bien non je n’oublierais jamais. JAMAIS. La douleur s’estompe au fil du temps mais je n’oublierais jamais ce que j’ai vécu. Arrêtez de dire ce genre de choses à jeunes mamans dont les accouchements ce sont pas forcément bien passé. C’est tellement douloureux à entendre. On se sent incomprise. Je vivrais toujours avec cet accouchement, je suis marquée à vie. C’est comme ça. Ça fait partie de notre histoire désormais.

 

35051905_10156615220741052_7545954486179594240_n.jpg

 

Elle, qui à été si courageuse, avec toutes les perfusions qu’elle a eu dans sa toute petitetête, dans le bras, les prises de sang sur sa petite main, en plus de cet accouchement long et très dur pour elle. Mya ne pleurais jamais.

Elle en est ressortit avec un traumatisme au niveau de son cou à cause du cordon. Elle à été à plusieurs reprises voir un ostéopathe pour l’aider à passer ce cap et pour effectuer un travail sur elle même. Remettre son petit corps en place qui à été si malmené lors de cette césarienne.

Pour finir, j’ai envie de dire que malgré tout ce qu’il s’est passé je ne regrette rien. Elle est la plus belle chose qui nous soit arrivé dans notre vie. Elle est adorable et de côté là nous avons beaucoup de chance. Elle n’a eu aucun soucis de santé par la suite. Nous ne pourrions vivre sans elle désormais. Même si j’ai beaucoup souffert, NOUS avons beaucoup souffert dans toute cette histoire, le meilleur restait à venir. Effectivement, désormais nous savourons le bonheur d’être les parents de notre petite Mya. Elle nous a aider à panser nos blessures.

 

27332223_10156239666171052_4742513029159782249_n

Pouce et Lina - Ambiances5215 2.jpeg

Crédit photo WAAP Simon Lagoarde

À Mya ma fille que j’aime à l’infini.

À Charly qui à été mon pilier dans cette épreuve, car nous sommes deux dans un accouchement.

Aux personnes qui sont venus nous soutenir dans cette épreuve, qui ont pris des nouvelles, qui ont gâtés notre Mya, un immense merci.

 

 

 

 

 

 

Mes conseils pour bien s’occuper d’un lapin

16326922_10155036404386052_1334474062_o.jpg

Aujourd’hui je reviens ici pour vous parler de lapin, plus précisément de mon expérience que j’ai acquise grâce à mes deux lapins d’amour (dont vous avez certainement (obligatoirement) entendu parler si vous me suivez sur instagram, snapchat, ou facebook).

Depuis que j’ai mes deux petits lapins, je ne pourrais plus vivre sans eux. J’apprend tous les jours à les connaître, à en savoir toujours plus sur leur bien être.

img_0100

Mon Flocon ❤

J’ai craqué, un dimanche après midi, le 7 février 2015 précisément, sur une petite boule de poils, bref un vrai petit coeur. Je voulais un lapin depuis un petit moment déjà.. au moins plusieurs années. Mon chéri n’étais pas trop d’accord, puis à changé d’avis, pour me faire plaisir sur le coup. Mais quand je suis arrivé avec ce petit coeur trop chou, il en est tombé en amour dessus aussi. Il ne cessait pas de s’en occuper (pour mon plus grand plaisir).

L’adaptation : Flocon était tout de suite un petit lapin gentil, un peu peureux au début, ce qui est tout à fait normal, il avait changé d’environnement, il ne nous connaissait pas… Puis il s’est très bien fait à notre maison, tellement bien, que nous avons décidé de le laisser en liberté toute la journée et même la nuit. Dès le début Flocon était très frustré de voir sa cage fermée, de ce fait, il en rongeait les barreaux sans cesse. J’ai décidé de laisser sa cage ouverte et de protéger les alentours (prises, fils qui dépassent, etc ..).  En tant que petit lapin parfait, il faisait bien ses besoins dans sa litière, ne faisait pas de bétises ( mais ça c’était avant l’arrivé de Mlle Clochette ! ). 

Quelques mois plus tard … Arriva Clochette ❤

img_0101

Ma Clochette ❤

Fin juillet, le 31 précisément, ma petite Clochette arriva à la maison, pour le plus grand bonheur de Flocon. Tellement content, que monsieur Flocon à été chez le vétérinaire pour subir une stérilisation. L’arrivée de Clochette l’a complètement bouleversé, et son comportement de mâle était très envahissant. L’opération à été assez lourde pour lui. Mais les jours de repos, plus les soins et les câlins de son « Papou » l’on bien remis sur « pattes » ! 

Clochette était une minuscule poupette, qui tenais dans une petite main (certainement dû à un âge très jeune, je pense qu’elle avais 1 mois seulement..). L’adaptation c’est super bien passé, et Clochette est tombé en amour sur son Flocon, et vice versa pour Flocon. Ces deux là ce sont vraiment bien trouvés! Nous étions très heureux de cette bonne entente, sachant que la rivalité entre lapins est très courante (mais plus souvent entre les mêmes sexe). Ils ne ce sont jamais battu entre eux, bien au contraire, c’est très souvent « câlins party ». 

Par la suite Clochette à commencé à avoir des débuts de « grossesse nerveuse ». Les symptômes ont été un nid quelle faisait sans cesse, avec du foin, dans sa cabane. Elle grattait partout, elle ne se reposait jamais et je l’a retrouvais souvent avec du foin pleins la bouche. Elle était hyperactive et je voyais qu’elle était épuisée. J’ai été tout d’abord m’informer sur internet et j’en ai conclus grâce au site Marguerite & cie que ma Clochette souffrait de grossesse nerveuse. J’ai directement pris un rendez vous chez le vétérinaire pour effectuer une stérilisation (très importante chez le lapin surtout la lapine). L’opération s’est très bien déroulée et contrairement à Flocon, Clochette était en pleine forme dès le lendemain. 

img_0106

AVANT/APRÈS

16357390_10155036404201052_1619748628_o.jpg

Après une petite description de mes loulous, je vais passer à tous les petits conseils pour choisir son lapin, l’accueillir, le nourrir, en prendre soin et bien le connaître. Je ne prétend pas être une « pro » dans le domaine, loin de là. Je souhaitais donner des conseils, grâce à l’expérience que j’ai auprès de mes deux lapins, depuis bientôt deux ans désormais. Ainsi, cette article permettra également à ne pas faire les mêmes erreurs que moi. Car oui, personne n’est parfait, moi non, en tout cas. Quand j’ai eu Flocon, malgré que je voulais un lapin depuis très longtemps, je n’y connaissait pas grand chose dans le domaine des lapins. Enfant, j’ai eu quatre hamsters, deux cochons d’inde, un lapin et des chats. Mais depuis, avec internet et l’évolution, les animaux bénéficient de beaucoup plus de soins et d’attention, et surtout de précisions grâce aux sites internet dont notamment mon préféré pour les lapins : Marguerite & cie. Ce site est ma bible, dès que j’ai besoin d’un conseil, pour être sûre de faire les choses bien et de ne pas mettre mon animal en danger, je me dirige directement dessus!

COMMENT CHOISIR SON LAPIN? OÙ LE TROUVER? 

16357917_10155036403731052_2110079975_o.jpg

J’ai acheté mes deux lapins dans une animalerie sans savoir que c’était mal. Pourquoi c’est mal? 

Dans les animaleries les lapins sont beaucoup trop petits et ne sont pas sevrés. Les vendeurs vous disent qu’ils ont deux, trois mois, alors que c’est faux! Il arrive très fréquemment que quand vous achetez un lapin en animalerie, quelques jours plus tard, il soit pris de violentes diarrhées et finisse par mourir (Dieu merci, mes lapins n’ont pas eu ce soucis, mais cela est arrivé une amie… malheureusement). Et cela est très fréquent (ce que je ne savais pas avant d’avoir Flocon). Les bébés lapins que vous voyez dans les animaleries ne bénéficient plus du lait de leur maman, le sevrage est bien trop jeune, de ce fait leur organisme n’est pas préparé et ils finissent par mourir ou par avoir de grosses complications. 

Les conditions de vie sont mauvaises :  Litière, nourriture, objets pas adaptés pour eux. Ils sont dans de très petits enclos et généralement ils y sont très nombreux. Certains meurent au bout de quelques heures et je ne vous raconte pas le niveau de vie dans les lieux d’élevages… 

Pour ma part, l’animalerie où j’ai acheté Flocon & Clochette, les conditions ne sont pas hyper mauvaises, malgré que les « cages » en plexiglas (en plus, le truc hyper mauvais, pas d’aération), soient beaucoup trop petites. J’ai déjà vu des animaleries bien pires..

Les vendeurs en animalerie sont de très mauvais conseils, ne savent pas le sexe du lapin que vous allé acheter, et vous ne savais pas non plus son âge, ni sa date de naissance exacte. Attention également à ce qu’ils vont vouloir vous faire acheter comme la pierre minérale, pour qu’il « fasse ses dents ». Elle ne sert strictement à rien et elle est toxique pour votre animal (je ne le savais au début et je me suis faite avoir pour l’achat de Flocon). 

Alors vous allez me dire : Mais où trouver son lapin alors ? 

Dans un élevage (où les conditions de vie sont bonnes bien sûr). Vous y trouverez des personnes passionnées, qui sauront vous dire le sexe de votre lapin, son âge exact. Vous y verrez la maman de votre futur lapin, vous connaîtrez les habitudes de votre bébé lapin, il sera déjà habitué à manger des légumes car sa maman lui aura tout montré. Vous aurez certainement un petit carnet avec pleins d’infos sur le bien être de votre lapin. 

La SPA ou dans un refuge : Et oui, c’est pas nouveau, beaucoup d’animaux sont abandonnés, tous les jours, malheureusement. Des petits lapins s’y trouvent et cela pourrait un petit loulou. De plus, les personnes travaillant à la SPA connaissent bien ce qu’ils font et s’auront vous guider et vous donner des conseils.

SUR LEBONCOIN : Très souvent les éleveurs déposent des annonces pour y vendre leurs lapins, mais aussi et surtout, beaucoup de personnes se débarrasse de leur lapin (et oui, un bébé lapin donne envie, puis quand il grossit, on s’en débarrasse..). Autant faire le bonheur d’un petit bout qui n’a rien demandé.

L’HABITATION DU LAPIN

16326088_10155036403566052_2146710640_o.jpg

L’habitation de votre lapin ou de votre « futur » lapin est un point très important. En effet le lapin est animal qui à besoin de pouvoir gambader, de bouger et d’explorer. C’est pour cela qu’il est primordial qu’il est accès à une grande cage à barreaux (très important, pas de cage enfermée, sans air, pour qu’il puisse bien respirer et d’avoir de l’air renouvelée. Nous avons opté pour une cage basique pour que Flocon et Clochette fassent leur besoin et puissent manger leur foin et ils ont un enclos rattaché à leur cage, fait par mon chéri, avec des tapis, des plaids, un tunnel en bois, un coin nourriture et eau.

Un bac à litière, assez grand pour ses besoins : La litière  à choisir est soit le chanvre, les granulés de bois spécialisé pour les animaux (pas des granulés de bois résineux). Et vous en avez d’autres que vous pouvez utiliser comme la paille etc (je vous invite à aller voir sur le site (encore) Marguerite & cie! Pour ma part, j’utilisais le chanvre, et depuis que j’ai découvert les granulés de bois grâce à une amie, je n’utilise plus que ça! Plus d’odeurs, plus de copeaux partout dans la cage, et plus besoin de gratter le bac à litière car les copeaux étaient collés à cause de l’urine. Bref, un véritable bonheur, je vous conseille vivement ce type de litière! 

Les litières à bannir sont les copeaux de bois & les litières minérales (très toxiques pour le lapin!).

Il est conseillé également de ne pas utiliser de biberon pour les faire boire mais plutôt un bol. J’avoue que je ne le savais pas, mais le biberon n’est pas vraiment recommandé. Il est dit que ce n’est pas la manière et l’habitude du lapin de boire au biberon, et l’hygiène n’y serais pas très bonne. Les miens boivent au biberon et j’essaye petit à petit à leur apprendre à boire au bol, mais ce n’est pas facile. 

Une gamelle : (assez lourde pour pas qu’il s’amuse à la jeter comme les miens) Pour y mettre ses granulés.

Une petite assiette : pour mettre les légumes du jour.

Un râtelier : Très important pour votre lapinou, un râtelier pour mettre le foin, l’alimentation principale de votre lapin. Il faut qu’il y ai très facilement accès et qu’il sois assez grand. Souvent il est fourni avec la cage.

Une cabane ou un endroit pour qu’il puisse s’y cacher. Ceci est très important pour son bien être et son équilibre. Le lapin adore se cacher ou se mettre dans un endroit calme (qu’il soit en liberté ou dans une cage). Il sera moins stressé et donc moins susceptible de développer des maladies. Il y a pleins d’idées de cabanes sur internet, sur pinterest également! Je m’inspire beaucoup sur ce site qui regorge d’idées.

Des jouets : Mes lapins adorent les bûchettes de bois qu’ils adorent dévorer. Les tapis en jonc de mer qu’ils aiment beaucoup grignoter également! Des balles en bois ou  en plastique dur (qu’il ne mangent pas bien sûr) avec un grelot à l’intérieur, qu’ils aiment jeter un peu partout. Les tunnels! Vous savez les sortes de tunnels à chat? Et bien mes lapins en on un et ils en sont fan! Vous aurez bien d’idées de jouets fait maison sur le site Marguerite & cie !

Quelques infos sur l’éducation de votre lapin : Je ne suis pas une « pro » comme je vous le disais plus haut. Mes lapins font des bêtises, comme chaque lapin. (grignotage dans mes plantes, pipi par terre, crottes en dehors de leur cage (c’est pas souvent pas ça arrive). Grignotage de câbles, dans la décoration de maman, surtout le bois! L’astuce quand ils font une bêtise, je l’ai vu sur un site, c’est de taper son pied par terre, comme eux le font quand ils sont pas contents ou qu’ils ont peur. Cela leur montre que nous somme pas contents/ que nous sommes pas d’accord avec ce qu’ils font . Pour les besoins, normalement votre lapin ira directement dans sa litière par habitude et instinct. Pour ma part Flocon était très propre mais c’est déjà arrivé qu’il y ai des accidents pipi sur le canapé, sur les plaids mais très rarement. Puis depuis que Clochette est là, c’est la fête! C’est surtout sur les plaids que je met dans leur cage, ils font très souvent pipi, donc nettoyage des plaids très souvent minimum deux fois par semaine. Votre lapin prend l’habitude avec ce que vous lui montrez. 

LA NOURRITURE 

img_20150523_15560216357424_10155036404756052_26395486_o

Une partie très importante puisque cela va jouer sur la santé et la vie de votre animal.

Un lapin adulte doit manger du foin toute la journée et doit y avoir accès à volonté. C’est la base de son alimentation. Un foin bien vert, qui sent bon et qui ne soit pas trop poussiéreux. Il faut qu’il contienne de belles brindilles.

De l’eau à volonté pauvre en calcium.

Il doit bénéficier de légumes variés tous les jours. Pour être sûr de ce que vous donner à votre animal, je vous conseille de consulter la liste des fruits & légumes conseillés pour les lapins sur le site Marguerite & cie et les quantités y seront renseignées également. Toujours bien laver les légumes et bien les sécher. Toujours donner des légumes frais et surtout pas de légumes jaunis, cela peut rendre malade votre lapin, cela peut être grave. Pour un bébé lapin, attention à ne pas faire l’introduction trop tôt. Les légumes (surtout les légumes verts) peuvent provoquer des diarrhées. Mes lapins adorent les fanes de carottes, les fanes de radis, la carotte, les endives, le fenouil, le céléri branche, la sucrine, la pomme, la mangue, l’ananas, la fraise, la myrtille, la poire, la banane, les feuilles de fraisiers et de framboisiers, le persil, la coriandre, le basilic…Tout pleins de choses comme vous pouvez le voir et je dois en oublier! Toutes les semaines j’achète des légumes frais exprès pour eux.

Pour les fruits :  1 à 2 fois par semaine maximum vu que le sucre contenu dans les fruits est très présent (comme dans la carotte (même si c’est un légume!) également, attention!). La liste des fruits est également sur mon site préféré écrit plus haut.

Les granulés : Des granulés de qualité, pas de mélange avec des céréales, des fruits, des granulés de toutes les couleurs, hyper chimiques. Très mauvais pour eux, ils ont une très mauvaise composition. Ne pas acheter vos granulés en supermarché. Il faut une composition très riche en fibres (20/25%) en protéines (10/16%) et très peu de calcium (1% max) & de graisses (3%). Voici en gros la compo parfaite (je n’ai pas tout détaillé). Nous achetons les granulés de nos lapins (Ce sont les Supreme Science Selective ) sur le site medicanimal qui est juste super! Je vous le conseille si vous ne connaissez pas. Je n’ai jamais aucuns soucis, toujours tout bien reçu, les produits sont de très bonnes qualités. Ils fournissent de très grandes marques surtout pour les chats & les chiens. Pour les lapins c’est un peu plus limité mais j’y trouve les granulés pour mes lapins donc cela me va. Le prix est très compétitif et je peux vous parrainer pour que puissiez bénéficier de -5€ sur votre première commande (je ne gagne rien sur votre parrainage, juste pour préciser). Envoyez moi un message via instagram ou snapchat pour que je puisse vous donner mon e-mail).  

Pour un bébé lapin il n’y a pas de limite dans la quantité des granulés, il peut en consommer à volonté. Puis vers les 6 mois de votre lapin il faut réduire les quantités et passer à 2/3% du poids de votre lapin en granulés.

Les friandises : Les meilleures friandises sont les fruits ou légumes séchés. Vous avez pleins d’exemple de fruits et légumes séchés sur le site Marguerite & cie . Je vais également m’y mettre, à faire mes friandises pour mes bébés moi même, cela est bien plus sain que ceux que j’achète qui sont pourtant bio, et limité en sucres. Mes loulous raffolent de pommes, bananes séchées, ils adorent! Mais c’est très sucré donc il faut faire attention aux quantités. 

IMG_20150617_134911.jpg

Quelques infos sur les soins à prodiguer à vos Lapinous

IMG_2102.JPG

16357940_10155036404981052_166278300_o.jpg

IMPORTANT 

Il y a un vaccin à  effectuer chaque année :Contre la myxomatose & le VHD (un virus très dangereux qui tue votre lapin en 24h/48h). Voilà pourquoi il est très important de le faire vacciner tous les ans. Voir plus de précisions sur cette article du site Marguerite & cie .

Lui couper régulièrement les griffes, si vous n’y arrivez pas vous même, votre vétérinaire vous le fera. Moi ce que je fait, c’est qu’avec mon chéri il y en a un qui prend le lapin, et l’autre qui coupe les griffes (avec un coupe griffe pour lapin ou petit animal).

La stérilisation

Pour le mâle : N’est pas nécessaire si il vit seul, si il n’a pas de comportement envahissants (jets d’urine pour le marquage de son territoire, excitation sexuelle ou agressivité…) . Nous, nous avons été obligé car avec cela devenait invivable et Flocon était complétement « obsédé » ahaha (c’est peu de le dire!).  Prix : 90€

Je sais que la stérilisation, l’acte chirurgical, l’anesthésie peu faire peur (je le sais, je suis passé à deux reprise par là), peut être mortel pour un lapin, pour un si petit animal. Mais il en va de la santé de l’animal et une fois que c’est fait, vous êtes bien plus sereins pour sa vie après cette opération.

Pour la femelle : Elle très conseillée. Pourquoi ? Pour éviter les cancers en tout genre (cancer de l’utérus et de la chaîne mammaire). Dans notre cas avec Clochette c’était principalement pour lui ôter ses grossesses nerveuses, mais également pour supprimer son comportement (pipi un peu partout) et surtout pour les risques de cancers évoqué ci dessus. Le Prix : 120€ environs avec visites post opération & médicaments. Je vous conseille également pour ceux qui vivent sur le mans, le cabinet vétérinaire de chez Dr BOUSSER & CARON. Ils sont très professionnels, très « humains ». Ils sont très bien pour les petits animaux. Leur prix sont corrects et je n’ai jamais eu aucun soucis avec eux. Ils se sont très souvent occupés de ma chatte « Frisquette » aussi et ils ont fait des miracles car cette demoiselle à souvent été chez le vétérinaire pendant une période.

Ma frisquette ♥

Je sais que c’est un article dédié au lapins, mais je suis obligé de mettre une petite photo de ma beauté, ceux qui me suivent depuis moment, la connaissent bien ! 🙂 

IMG_1334.JPG

MA VIE, MES LAPINS, DES AMOURS ❥

Pour conclure : Ma vie sans mes lapins m’est impossible. Je ne m’imagine plus sans eux. Ils sont tellement attachants. J’entend souvent des personnes me dire : « Dis donc tes lapins on dirait des chats, tellement ils sont câlins ». Oui, ce sont de vrais petits chats parfois dans leur comportement, qui réclament des câlins, des friandises, qui sont tellement heureux quand j’apporte des légumes dans leur cage. Heureux quand ils sortent dehors, ils sautent partout, grattent, creusent. Bref, ce sont de vrais petits bonheur au quotidien, mon petit bonheur, notre petit bonheur. Des petits êtres si attachants, comment ne pas les aimer? Mon article n’est pas parfait, je n’ai pas tout détaillé (mais il y à tellement de sujets à aborder, je ne peux par parler de tout) Or je voulais parler des points principaux et de parler de mes lapins aussi!  Je vous laisse sur cette article avec des photos de mes bébés. Je vous aime mes bébés !

Léchouilles de Flocon & Clochette ❥

IMG_0021.JPG

IMG_2793.JPG

IMG_20150806_124004.jpg

Mes muffins de noël tout chocolat

15398806_10154852764171052_1548450924_o.jpg

Il y a quelque temps, pour les fêtes de fin d’année (qui arrivent à grand pas) j’avais déniché chez le magasin «ACTION» un lot de petites caissettes & de pics trop mignons pour décorer les muffins. En début de semaine j’avais très envie de faire des muffins juste pour voir l’effet que les caissettes allaient donner avec les muffins. Je me suis mise en cuisine, et j’ai été hyper contente du résultat. J’ai modifié la cuisson et la différence avec les muffins nature aux pépites de chocolat est flagrante! J’ai trouvé la petite astuce pour faire de beaux muffins bien gonflés et moelleux. En avant pour la recette!

LES INGRÉDIENTS :

200g de farine

1/2 sachet de levure

200g de chocolat pâtissier

1 oeuf

125 g de beurre

125 ml de lait

80g de sucre roux

1 pincée de sel

120g de pépites de chocolat

15368751_10154852763026052_1523441463_o.jpg

LA RECETTE :  

1

Commencez par faire fondre le beurre et votre chocolat au micro – ondes. Pendant ce temps là, mettez dans un saladier la farine, la levure & la pincée de sel. Ensuite mélangez l’oeuf et la sucre roux dans un autre saladier. Rajoutez le mélange beurre/chocolat et le lait, puis continuez à bien mélanger le tout.

2

Une fois que le mélange est bien homogène, rajoutez le mélange farine/levure/sel. Il faut que votre mélange soit bien lisse, sans grumeaux. (Si vous avez des grumeaux, continuez de bien mélanger, les grumeaux vont s’en aller au fur et à mesure.

3

 Mettez votre four à préchauffer à 220°. Enfin, rajoutez vos pépites de chocolat à votre pâte chocolatée. Gardez des pépites pour en mettre sur le dessus de vos muffins quand vous aurez mis votre pâte dans les caissettes ou vos moules à muffins. Moi j’ai opté pour des pépites de toutes sortes (caramel, chocolat blanc, vermicelles, etc avec ma boîte d’assortiments de pépites au chocolat).

4

Vous pouvez désormais verser votre pâte dans des caissettes ou vos moules (comme vous préférez). Mettez environs l’équivalent de trois à quatre grosses cuillères à soupe (après tout dépend de la taille de vos moules/caissettes). Enfournez pendant environs 7/8 minutes à 220° (il faut que vous puissiez voir vos muffins bien gonfler et créer une sorte de collorette, puis 15 minutes envrions à 180° pour terminer la cuisson. (Tout dépend de la puissance de votre four, mais pour moi, vu qu’il chauffe pas super fort,  il faut que je le laisse à forte puissance 7/8 minutes pour avoir de beaux muffins bien gonflés, cette astuce à bien fonctionné pour moi, je ne l’avais pas fait pour les muffins nature et on vois vraiment la différence!). Pour être sûr de la cuisson des muffins, moi j’utilise un testeur de cuisson (voir la photo ci desous). (Je l’avais acheté chez CASA, en promo, à 0.50€ je crois et il me sert tout le temps! Cela évite de faire des marques dans vos gâteaux, car la pointe est toute fine) . Je pique le muffin à coeur et si la pointe ressort sèche, c’est que le muffin est bien cuit et vice versa si la pointe ressort avec de la pâte dessus!

testeur-de-cuisson-vintage-tala

15368792_10154852763881052_1155310693_o.jpg

15397602_10154852764491052_468043355_o.jpg

Vous avez été très nombreuses à me demander cette recette et j’espère qu’elle vous plaira! J’ai hâte de voir vos muffins et n’oubliez pas de taguer sur vos photos si vous mettez vos muffins sur instagram avec le hashtag #lesrecettesdecharline .

Happy birthday my love

14976122_10154761164351052_595040224_o.jpg

Pendant mon weekend « cuisine » pour l’anniversaire de mon amoureux, vous avez été nombreuses à m’envoyer des messages, tout d’abord pour me souhaiter « bon courage » vu tout le travail qu’il m’attendait, puis pour me demander toutes les recettes de mes desserts & de mon repas du dimanche en famille. Je m’exécute en vous rédigeant un petit article avec toutes les infos de ce weekend & sur ma déco également. 

La décoration 

14975899_10154761163966052_2013618554_o

Je voulais pour la table, quelque chose d’élégant et sobre. Pour cela j’ai mis une nappe grise provenant de chez ACTION (le super magasin dont je parle trèèèès souvent, où je déniche de TOUT! (décoration, vaisselle,  papeterie, gadgets, nourriture bio etc..). La grande planche ronde en bois ainsi que la petite, le gobelet & le petit pot carré en carton où j’ai mis les bonbons viennent également d’ACTION. Pour le reste, les couverts et la serviette que j’ai pliée en forme de nœud, j’ai trouvé cela chez IMAGINÉA, ou l’INCROYABLE comme cela s’appelle chez moi. J’ai découvert ce magasin grâce à une amie, et j’ai de suite adoré. Tout y est très beau, avec une multitude de décoration en tout genre, je suis une grande  fan de ce genre de magasin! Ma petite assiette à dessert a été acheté en lot chez ALINÉA l’année dernière (j’aime également beaucoup cette enseigne!). Mon petit bougeoir gris, lui, je l’ai déniché chez MAISONS DU MONDE (encore un magasin que j’affectionne énormément).

15045505_10154761164141052_840851408_o.jpg15053378_10154761164041052_219515592_o.jpg

Zoom sur la décoration du buffet à gâteaux, où j’y ai mis un petit présentoir en bois trop mignon ainsi que le petit rennes en bois & la guirlande LED qui viennent de chez ACTION, (et ouiii, encore!). La bouteille, je l’avais acheté il y a un moment  chez ALINÉA. Pour la bougie « ENJOY THE SIMPLE THINGS IN LIFE » (que j’adooore au passage) elle viens de chez STOKOMANI .

15044662_10154761164291052_1961958790_o.jpg

Le plat vieillit effet miroir où se trouve les cannelés : ACTION

La petite chouette en bois : ACTION

La petit pompon argenté : ALIEXPRESS  ( lien direct ici

Les petits pics « HOME MADE, MADE WITH LOVE.. » : ACTION

15034411_10154761163921052_138149003_o.jpg

La décoration 

Le vase & le dessous de plat avec des formes géométriques dorées : MAISONS DU MONDE

Le pichet : ACTION

le petit pot blanc : ALINÉA

le grand plat à gâteau transparent : GIFI

Le petit plat blanc à gâteau ou se trouve les chouquettes : CASA

Les pailles : ALIEXPRESS (lien direct où je les achetées ici)

Le ballon argenté : ALIEXPRESS (lien direct ici )

Pour la recette de mon gâteau au chocolat : 

Elle est simplissime et le gâteau est juste parfait (hyper moelleux, pas trop écœurant, léger.. et la recette est très simple). Moi j’ai doublé les doses car je voulais un gâteau très épais. Je vous met la recette de base, simple pour 6 personnes (minimum) et vous ferez ce que vous voudrez.

Il vous faudra :

80g de farine

100g de sucre roux

4 oeufs

1 tablette de chocolat noir

120g de beurre

1 sachet de sucre vanillé

1 sachet de levure

La préparation : 

Préchauffez votre four à 180°. Faites fondre au bain marie ou au micro ondes votre chocolat et le beurre en même temps. Pendant ce temps là, mélangez tous les ingrédients secs, c’est à dire la farine, le sucre, la levure et le sucre vanillé. Battez vos œufs dans un petit saladier et rajoutez – les dans votre mélange d’ingrédients secs puis mélangez bien le tout sans faire de grumeaux. Une fois que cela est fait, rajoutez votre mélange bien lisse et homogène de chocolat / beurre.

Quand votre pâte est prête, vous avez plus qu’a la mettre dans un moule rond à gâteau basique ou dans un moule à cake, tout dépend de vos préférences. Beurrez votre moule si il n’est pas en silicone. Pour la cuisson, il faut compter 30/35 minutes environs.

Voici la recette du gâteau parfait pour les anniversaires, goûter ou pour un petit dessert vite fait!

14975703_10154761195861052_411661609_o.jpg

15034236_10154761164071052_310606184_o.jpg

Pour la décoration : 

L’ampoule avec la petite guirlande LED à l’intérieur : IMAGINÉA 

La recette des cannelés : 

Voici la recette ici

La recette des chouquettes :

Voici la recette ici (j’en avais fait deux semaines auparavant, elles étaient superbes (vous pouvez les voir ici . Je les avaient formées avec une poche à douille. Sur la photo plus haut, on voit bien que j’ai voulu faire ma fainéante et qu’elles ont été formées à la cuillère pour aller plus vite, mais l’esthétique est quand même bien moins joli! La prochaine fois ça sera avec une poche à douille comme pour la première fois).

15045460_10154761164196052_1983421562_o.jpg

Un petit focus sur ma table de dimanche dernier. J’adore mettre une décoration au centre de ma table et j’en très souvent. Ce jour ci j’avais superposé mon plateau effet miroir, une petite planche ronde en bois et mon bougeoir gris.

La vaisselle proviens principalement de CARREFOUR (verres & assiettes) Les flûtes de chez CASA. Les petits ramequins : Le rond : ALINÉA & le carré : ACTION (Je suis une addict de ramequins, j’en ai jamais assez!).

Pour la décoration sur mon buffet, c’est un peu la même que sur les photos de l’anniversaire de Charly. On y retrouve mes figurines d’animaux en bois, une petite guirlande lumineuse, mon plateau rond en bois sur pieds, mes bougeoirs en bois, mon orchidée dans un pot qui viens de chez IKÉA (le pot dans le même style ici), mon grand plateau rond en bois avec toutes mes bébés plantes cactus & succulentes que j’achète principalement chez JARDILAND & TRUFFAUT, ainsi que chez mon petit horticulteur DAOUST que j’adore! 

Et enfin, la décoration de mon mur, tout viens de chez ALIEXPRESS (comme expliqué plus haut). J’ai effectué une commande 1 mois auparavant pour ne pas avoir de surprise et j’ai été plus contente, il me manquait juste des petits ballons lettres « HAPPY BIRTHDAY » que je n’ai pas reçu à temps.. Ce site est vraiment génial question originalité, prix, et le choix est immense.

15053380_10154761164256052_137551922_o

La recette de mon apéro qui a été tant demandé !

La voici : la tarte fondue

Moi j’ai juste mis du poireaux dans ma purée à la place de la ciboulette, j’ai mis un camembert à la place du mont d’or et je n’ai pas mis de jambon fumé sur le dessus après cuisson. Mais c’était délicieux et tout le monde à adoré! 

J’espère que cet article vous plaira et vous donnera des idées si vous avez des anniversaires en cours ou pour des baptême, soirées etc.. 

 

 

 

 

Mes cookies – brownies 🍪

14875213_10154714445401052_1864596772_n.jpg

HEY ! 

Me voilà aujourd’hui avec la petite recette des cookies – brownies. OUI OUI vous ne rêvez pas, ce sont des gâteaux en forme de cookie mais avec la texture hyper moelleuse d’un brownie. J’avais déjà réalisé cette recette il y a plusieurs mois désormais et je l’avais adoré. Beaucoup d’entre vous me l’a réclame, c’est pourquoi je vous l’a met ici. 

C’est parti ! 

 Il vous faudra :

180 g de chocolat noir 

40 g de beurre 

2 oeufs 

60g de sucre roux

50 g de farine 

Un paquet de pépites de chocolat

14825551_10154714452106052_582012526_n

Les étapes pour préparer la pâte à cookie brownie :

 Commencez par préchauffer votre four à 170/180°.

Faites fondre votre beurre & votre chocolat ensembles. Pendant ce temps, cassez vos oeufs et ajoutez le sucre. Battez le tout jusqu’à ce que le mélange blanchisse. Une fois que votre mélange chocolat et beurre est bien fondu, laissez refroidir un peu puis versez votre mélange d’oeufs / sucre et continuez de mélanger. Ajoutez vos pépites de chocolat et en dernier votre farine, mélangez bien le tout. 

Une fois que votre pâte est prête, préparez votre plaque avec du papier sulfurisé ou avec une plaque en silicone (avec ce que vous avez l’habitude de cuisiner). Une fois que c’est fait, faites des petits tas avec une cuillière à soupe, de la taille que vous désirez. Quand vos cookies sont formés sur votre plaque, vous pouvez rajouter ce que vous souhaitez (M&m’s, kinder, copeaux de noix de coco, smarties etc..)

Laissez enfournez vos cookies – brownies environs 10 minutes si vous voulez des cookies fondants et moelleux, ou rajoutez 2/3 minutes de plus si vous préférez des cookies avec un peu plus de cuisson. 

Ils seront parfaits pour un goûter, un anniversaire, ou petit dessert en complément.

N’hésitez surtout pas à me dire ce que vous en pensez & à poster vos recettes sur instagram avec le hashtag #lesrecettesdecharline pour que je puisse voir vos réalisations, cela me fait toujours très plaisir. 

BON APPÉTIT !

14872623_10154714445521052_375642342_n.jpg

Fondant magique au chocolat & au mascarpone

13570283_10154352414826052_1451916511_o.jpg

HELLO !

Après avoir testé cette recette par hasard, fait des snaps à propos de ce gâteau & donner la recette sur mon compte snapchat. Avec tout l’engouement que ce fondant à provoquer, que de bons résulats et de bonnes critiques, je vous donne la recette ici. Trop gentille je suis, je sais

Le fait de remplacer le beurre par le mascarpone, rend le gâteau hyper léger, beaucoup moin gras et moins calorique (le mascarpone étant deux fois moins calorique que le beurre). J’ai également mis du papier sulfurisé dans mon moule à cake pour ne pas rajouter de gras & pour faciliter le démoulage (tellement plus facile avec cette méthode !) 

 

LES INGRÉDIENTS :

– 150g de chocolat noir (ou autre chocolat de votre choix)

– 150g de mascarpone

– 50g de sucre

– 40g de farine

-3 oeufs

13579952_10154351960161052_1549545659_o.jpg

(n’ayez pas peur de mes oeufs, ce sont des oeufs de ferme, et je n’enlève pas les saletées dessus car ce n’est pas conseillé de les laver Pourquoi? Cela ôte la cuticule de l’oeuf, ce qui le prive d’une barrère naturelle contre les microbes, voilà pourquoi je ne les lave pas!)

LA RECETTE HYPER SIMPLE & LES ÉTAPES :

13555656_10154351960211052_1041762031_o.jpg

Préchauffez votre four à 180 degrés.

Faites chauffer votre mascarpone et votre chocolat, ensembles, au micro – ondes environs  min/  min 30, puis mélangez vigoureusement.

13570131_10154351960196052_748830975_o.jpg

Rajoutez votre sucre et mélangez.

13555641_10154351960186052_584943667_o.jpg

Ajoutez vos oeufs une fois le sucre bien incorporé, et mélangez.

13570355_10154352481216052_2002639573_o.jpg

Puis pour finir, ajoutez votre farine et mélangez encore.

13589118_10154351960146052_1950997591_o.jpg

Voilà la pâte une fois bien mélangé. Elle doit être lisse et homogène. 

13555703_10154351960171052_1637537777_o.jpg

Chemisez votre moule à cake avec du papier sulfurisé ou utilisez un moule en silicone, faites comme vous avez l’habitude de faire habituellement.

Enfournez pendant 20 minutes pour que le coeur de votre gâteau soit bien moelleux et fondant.

13555494_10154352491276052_2051500664_o

 & VOILÀ le résultat ! Je suis fan de ce fondant hyper simple à réaliser et le rendu est vraiment bon. Laissez le refroidir un peu pour ne pas vous brûler, ahaha, mais vous pouvez le déguster chaud, c’est tellement bon. Merci les filles pour vos nombreux snaps, pour vos fondants réussis et vos supers retours à propos de cette recette. N’hésitez pas à me taguer sur instagram, facebook ou même à m’envoyer des snaps si vous réalisez cette recette. Ça me fait toujours très plaisir d’avoir vos avis. 

À bientôt !

Xoxo

Charline 

 

 

 

 

 

Pancake géant aux pommes

IMG_2584.JPG

Il y a quelques semaines, j’ai découvert cette recette via une vidéo (que je suis impossible de retrouver d’ailleurs). Je l’ai testé et j’ai adoré ! Le concept est tout simple et vraiment bon. En plus d’être hyper pratique et rapide à réaliser, c’est tellement bon avec les pommes cuites incorporées, bref je suis fan ! 

Comme je n’arrive pas à retrouver cette fameuse vidéo, où tout y était expliqué, j’ai décidé de mettre cette petite recette ici & avec mes proportions pour les ingrédients ! 

 Voici les ingrédients qu’il vous faudra pour faire ce pancake géant : 

  • 100g de farine
  • 1 oeuf
  • 2 pommes
  • 25 cl de lait
  • 1 CAS de sucre roux
  • 1 sachet de sucre vanillé
  • 1/4 d’un sachet de levure
  • 1 pincée de sel

 

Commencez par faire chauffer votre poêle et mettez un peu de beurre pour cuire les quartiers de pomme. Pendant que vos quartiers de pomme cuisent, préparez la pâte. Versez la farine dans un petit saladier, rajoutez-y tous les ingrédients secs (sucre, levure,sel). Ensuite faites un puit et rajoutez l’oeuf, ainsi que le lait. Mélangez bien jusqu’à ce que votre pâte soit bien lisse et sans grumeaux.

Une fois que les pommes commencent à être presques cuites, versez votre pâte sur vos pommes puis laissez cuire environs 10/ 15 min à feu moyen, jusqu’à ce que votre pancake soit bien cuit du dessous jusqu’au dessus. Dégustez le chaud, c’est vraiment meilleur. J’ai adoré ce concept, on peut même faire de petites parts, pour le partager (ou pas).

 

Dites moi en des nouvelles ! Si vous reproduisez cette recette & que vous avez Instagram, n’hésitez pas à me tagguer sur votre photo ou de rajouter le hashtag #lesrecettesdecharline pour que je puisse voir vos chefs d’oeuvres ! Et rejoignez moi sur mon compte instagram ici   .